L’intelligence artificielle (IA) sert aujourd’hui à tout. Tout, y compris à analyser l’intonation de la voix et les émotions ainsi transmises. C’est la spécialité de la société de Teo Borschberg, l’entrepreneur suisse qui a déjà créé par le passé deux entreprises en Chine. Sa start-up actuelle, OTO.ai, utilise l’IA pour analyser la voix lors d’appels téléphoniques non seulement pour mesurer la qualité du travail effectué par les vendeurs en ligne, mais aussi l’état d’esprit des clients qui sont appelés. Basée à New York et Zurich, OTO.ai annonce ce mardi la levée de 2,2 millions de dollars (autant en francs). Le bras d’investissement SAP.iO de l’éditeur allemand de logiciels SAP a participé notamment à cet investissement.

Teo Borschberg, fils du copilote de Solar Impulse André Borschberg, s’est d’abord formé à l’Ecole hôtelière de Lausanne, avant de partir à Shanghai, où il a notamment créé en 2013 Good Media, spécialisée dans les urinoirs écologiques. L’homme d’affaires âgé de 29 ans a ensuite mis le cap sur la Silicon Valley en intégrant le prestigieux institut SRI International, basé à Menlo Park. C’est là, où a notamment été créé l’assistant vocal Siri par un autre Suisse, Didier Guzzoni, que Teo Borschberg a travaillé lui aussi sur un projet de recherche basé sur la voix. OTO.ai a été créée en 2017 avec Nicolas Perony.