"Les décisions sont omniprésentes dans notre vie... Elles ont toutes quelque chose en commun: leurs conséquences": l'avertissement est lancé. Le CD-Rom que sort ces jours l'Association suisse pour l'orientation scolaire et professionnelle, l'ASOSP, est sérieux. A la mesure de son sujet: le choix, crucial, d'une filière au terme de l'école obligatoire. Et puisqu'il s'agit de toucher des jeunes, l'organisme national mise sur l'interactivité et le multimédia.

Présenté au Salon du livre, ce CD-Rom, Scénarios, y a obtenu l'award du deuxième meilleur produit multimédia de l'année, qui s'ajoute à un prix décroché au Forum multimédia de Bienne. Et il ne va pas tarder à se répandre dans les offices d'orientation professionnelle. Il tombe à point nommé.

Passée à la moulinette du marketing, chacune de ses méthodes cible un public précis et s'y adapte

Car dans les institutions scolaires, les problèmes liés à l'orientation croissent aussi rapidement que les tensions du marché du travail. Alors que le nombre de places d'apprentissage manquantes augmente, le choix d'un job revêt une importance stratégique pour le futur apprenti.

Ce qu'a voulu mettre en évidence l'ASOSP avec ce nouvel outil de décision. C'est plutôt réussi: dès les premiers pas dans l'univers de Scénarios, on mesure les efforts consentis par les réalisateurs pour éviter de tomber dans l'édifiant ou le ringard. Le curieux a d'abord le choix entre trois options. Dans la rubrique "Comment les autres décident-ils?", il suit quelques parcours professionnels illustrés par des séquences vidéo en caméra subjective. Des trajectoires variées et réalistes: on n'épargne pas au jeune curieux les déboires professionnels, le chômage, mais aussi les déroutes sentimentales et le divorce. Une franchise plutôt rare dans les productions destinées aux ados.

L'élève peut ensuite se pencher sur lui-même avec "Construis ton propre scénario", la partie ludique du CD-Rom. Il lui faut en effet caractériser un personnage qui, en fonction de ses choix et des facteurs extérieurs, entame sa carrière professionnelle. Ce qui permet aux concepteurs, notamment Helgard Christen, de l'ASOSP, Emil Trindler conseiller en orientation, et la société Editor AG pour la production, d'illustrer leur credo: l'interaction entre décisions personnelles et environnement. "Nous avons créé un monde où les choses sont dans un rapport d'interdépendance", expliquent-ils. Même si, comme on l'a reproché à Bienne, les relations de cause à effet ne sont pas très claires.

Enfin, l'amateur de Scénarios dispose aussi d'une "Boîte à outils" censée lui apporter quelques indications pratiques au travers de tests: comment se présenter défendre ses idées, etc. Développé avec le Credit Suisse, le CD-Rom est proposé aux jeunes clients de cette banque et aux élèves romands. Les responsables de l'ASOSP comptent évidemment sur les offices d'orientation professionnelle, qui peuvent utiliser le CD comme introduction avant de recourir aux moyens "lourds", les brochures et les fiches.

"Choisir futé" avant l'uni

Les angoisses relatives à l'orientation ne touchent cependant pas seulement la formation professionnelle. Les filières de formation supérieure sont aussi concernées: les universités, notamment, se demandent comment faire baisser la part importante d'étudiants qui changent de voie ou qui quittent l'université au cours de la première année. Chaque année, le tiers des nouveaux inscrits se perd ainsi dans la nature académique. A l'heure où, selon nombre d'étudiants et de professeurs, les effectifs estudiantins atteignent des limites dans certaines facultés, on se penche attentivement sur ces erreurs d'orientation.

Conséquence, l'Université de Lausanne brandit elle aussi son outil d'aide à la décision. Ciblé, évidemment, sur les gymnasiens, Choisir futé a été distribué dans les services d'orientation et les gymnases, où les élèves peuvent l'acquérir pour 5 francs. Là encore, on veut attirer l'attention des jeunes sur les possibilités existantes et les conséquences de leurs choix. On le fait au moyen d'un grand cahier à spirales, comme à l'école, divisé en chapitres tels que "Connaissances de soi", "Etudier", et "Travailler". "Un check-up des attitudes et un outil de préparation à une formation supérieure", indiquent les promoteurs issus du service d'orientation de la Haute Ecole.

Adapté d'un modèle mis au point à l'Université libre de Bruxelles, qui tourne depuis dix ans dans les classes belges, Choisir futé propose une avalanche de questions personnelles à remplir pour mieux définir son "profil" et cerner ses goûts. L'originalité tient à ce que, pour chaque chapitre, l'élève est prié de s'adresser aussi à des parents ou des amis: par exemple, lorsqu'il s'interroge sur les formations qui l'intéressent, il doit demander "à d'autres personnes de choisir trois formations" pour lui. Le nombre important de rubriques et de questions devrait lui permettre d'affiner cette autoanalyse.

Ces deux productions récentes s'ajoutent à une série d'outils déjà disponibles dans les services d'orientation et les écoles des cantons romands. Passée à la moulinette du marketing, chacune de ses méthodes cible un public précis et s'y adapte. En parcourant, dans quelques années, les statistiques scolaires et universitaires, on saura si elles ont atteint leurs objectifs.