L’impact négatif du covid s’est élevé à 44 millions de francs au premier semestre pour la Banque cantonale vaudoise (BCV), entre la baisse des revenus et la constitution de provisions, en particulier dans le financement du commerce des matières premières (trade finance). Mais la banque a aussi enregistré une hausse de 13 millions de ses revenus de trading entre janvier et juin. Le directeur général Pascal Kiener se dit relativement optimiste pour une deuxième partie de l’année encore très incertaine.

Une crise comme celle déclenchée par la pandémie de Covid-19 engendre beaucoup d’effets négatifs sur une économie et les banques qui la financent, mais pas seulement. Ainsi, les revenus de négoce de la BCV ont augmenté de 13 millions de francs au premier semestre (+22%), grâce à la forte volatilité enregistrée sur les devises, selon des chiffres publiés jeudi. Voilà pour les conséquences positives. Les impacts négatifs sur les comptes de la banque cantonale peuvent se classer en deux catégories.