En cette période difficile pour les acteurs économiques, on entend beaucoup parler de la notion de «force majeure» comme le principe permettant de remettre en cause, totalement ou partiellement, des engagements contractuels devenus objectivement impossibles à exécuter, ou simplement disproportionnés en raison de circonstances imprévisibles.

Lire aussi: Le coronavirus déstabilise les cours des matières premières