Faute d’un accord lundi soir entre le Parlement européen et les Etats membres sur le projet de budget 2011, les fonds communautaires (127 millions d’euros en 2010) pourraient être gelés l’année prochaine, empêchant le financement de nouveaux projets dont le futur service diplomatique d’action extérieure.

La dispute a porté sur l’idée, émise par le parlement européen, de capter à l’avenir davantage de financements directs, par exemple via une taxe communautaire, ce qui donnerait aussi à l’UE davantage de marge de manœuvre dans l’attribution des fonds, largement dictée aujourd’hui par la contribution des Etats membres. Une hypothèse rejetée par Londres et La Haye décidés à récupérer le maximum de fonds injectés dans l’UE. Les négociations repartent maintenant de zéro, sans garantie d’accord avant la fin de l’année.