Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
C’est un président libéral, partisan d’une économie française ouverte et d’une «souveraineté européenne» beaucoup plus affirmée en matière industrielle, financière et numérique, qui est sorti vainqueur des urnes voici un an.
© LUDOVIC MARIN / AFP PHOTO

Commentaire

Le pari de l’ouverture

La volonté d’Emmanuel Macron d’en finir avec l’«exit tax» est conforme avec sa vision libérale et ouverte de l’économie

Les médias français qui s’étonnent ces jours-ci de la volonté d’Emmanuel Macron d’abroger l'«exit tax» redécouvrent la lune. C’est un président libéral, partisan d’une économie française ouverte et d’une «souveraineté européenne» beaucoup plus affirmée en matière industrielle, financière et numérique, qui est sorti vainqueur des urnes voici un an.

Il suffit d’ailleurs de relire son programme. La suppression de cet impôt instauré en 2011 y est annoncée noir sur blanc. Y voir aujourd’hui une soi-disant preuve supplémentaire de son penchant pour les grandes fortunes et pour les Français les plus riches est dès lors caricatural.

Lire aussi: Vif débat français sur l'«exit tax»

La conviction macronienne d’une France redevenue attractive

Ce que révèle cette décision annoncée dans le magazine américain Forbes, chantre du capitalisme conquérant, c'est surtout la conviction macronienne d’une France redevenue attractive pour les capitaux étrangers, qui n’a rien à perdre à la libre circulation de l’investissement. En plein conflit social, ce pari de l’ouverture peut être discuté, d’autant que des nuages financiers mondiaux pourraient rapidement se profiler à l’horizon.

Ce plaidoyer mondialisé peut même apparaître comme provocateur et politiquement risqué alors qu’une bonne partie de la population française est sensible aux arguments souverainistes et protectionnistes. Mais y voir un infléchissement du quinquennat est une erreur. Emmanuel Macron assume au contraire son libéralisme. Cinquante ans après Mai 68, c’est, en soi, une révolution.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)