La part du personnel non qualifié a diminué et s’élève à 35%

Un total de 57 286 personnes travaillait dans le secteur horloger en Suisse en 2013, dont 35,1% était sans qualification, selon la Convention patronale de l’industrie horlogère suisse. Qui rappelle qu’il y avait deux tiers de non-qualifiés il y a 20 ans. «Cette part se réduit, c’est très positif! La branche a su inverser la tendance», commente Romain Galeuchet, responsable de la communication. La dernière enquête de la CP au sujet de l’industrie horlogère fait ressortir un besoin de 3200 apprentis entre 2012 et 2016. «Nous comptabilisons 2000 apprentis en formation depuis 2012. Il y a donc un déficit de 1200 apprentis à combler jusqu’en 2016.»

Parmi les profils techniques les plus recherchés, les micromécaniciens arrivent largement en tête devant les cadranographes (décalque de motifs sur cadran).

Les horlogers arrivent en 3e position. Les ingénieurs, encore faiblement représentés dans les statistiques, verront leur statut bientôt évoluer. En effet, la Haute Ecole d’art et de design lancera à l’automne 2015 une chaire en design horloger, au sein du master design industriel.