too big to fail

Les partis plus offensifs que les experts

De droite comme de gauche, les responsables politiques veulent accélérer l’agenda

«Il faut agir vite.» Pour une fois, le consensus traverse l’ensemble de l’échiquier politique suisse. Tous les partis ou presque ont souligné lundi qu’ils souhaitaient que le Conseil fédéral ne tarde pas à soumettre son message aux Chambres sur les modifications législatives nécessaires pour éviter que le contribuable ne doive à nouveau être sollicité, un jour, pour sauver une banque. Et aucun n’a ouvertement affirmé que les mesures préconisées par le groupe d’experts étaient trop strictes.

Même les libéraux-radicaux, réputés comme étant les plus proches du lobby bancaire, ont fait savoir par la voix du conseiller national Philipp Müller que les propositions «devraient avoir de bonnes chances devant le parlement». A ses yeux – et le PDC est sur la même longueur d’onde – il conviendrait par ailleurs de les mettre en œuvre plus vite que ce que préconise l’aréopage de spécialistes conduit par Peter Siegenthaler. De son côté, l’Association suisse des banquiers «salue» au contraire «la longue période transitoire» laissée à UBS et Credit Suisse.

Socialistes et écologistes jugent en revanche ces recommandations insuffisantes et promettent déjà des amendements. Les premiers craignent que les banques ne profitent des lacunes pour continuer à prendre des risques immodérés; les seconds dénoncent «de vagues recommandations non contraignantes». L’UDC estime, elle, que les solutions proposées ne sont pas suffisamment détaillées.

Hors sphère financière, seule economiesuisse affiche une certaine crainte pour les banques, qui pourraient, selon l’organisation patronale, perdre en compétitivité. A voir: Credit Suisse estime dans un communiqué que les mesures préconisées résolvent le problème «sans pour autant porter préjudice» à sa capacité concurrentielle. Par ailleurs, ni elle ni UBS ne devraient solliciter leurs actionnaires pour se conformer aux futures directives, ont-elles une nouvelle fois assuré.

Publicité