Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Salt laden in Niederdorf in Zuerich aufgenommen am 21. Mai 2015. (KEYSTONE/Gaetan Bally)
© Keystone / GAETAN BALLY

Téléphonie

Pascal Grieder nommé directeur général de Salt 

Pascal Grieder, 41 ans, prendra les rênes de Salt à partir du 1er septembre. Il succède à Andreas Schönenberger, qui continuera à siéger au conseil d’administration, a annoncé lundi l’opérateur de télécommunications

Agé de 41 ans, M. Grieder occupait jusqu'à présent le poste d'associé gérant chez Digital McKinsey Switzerland. Il dispose d'une dizaine d'années d'expérience comme consultant pour des fournisseurs de télécommunications internationaux et comme leader de l'activité numérique chez McKinsey en Suisse.

Chez Salt, le nouveau directeur aura pour tâche de «promouvoir l'orientation clients et la croissance de l'entreprise dans tous les domaines».

Orange devenu Salt en 2015 

Andreas Schönenberger occupait les fonctions à la tête de l'entreprise depuis mars 2016. Il avait accompagné et mis en place la nouvelle stratégie décidée par le propriétaire Xavier Niel. L'entrepreneur français est propriétaire à 100% de Salt depuis février 2015, par le biais de sa holding NJJ Capital.

Après la reprise par Xavier Niel, l'opérateur a rapidement changé d'identité et abandonné son nom historique Orange Suisse. L'entreprise a appartenu entre 2012 et 2015 au fonds britannique Apax Partners, qui l'avait racheté pour 2 milliards de francs à France Télécom (aujourd'hui Orange).

Lire aussi: Les dessous de la «transformation radicale» de McKinsey

Trois directeurs en trois ans et demi

M. Grieder sera le troisième directeur général de l'ère Niel, après Andreas Schönenberger et le Suédois Johan Andsjö. Ce dernier avait quitté son poste fin 2015, dans un contexte de remaniement des instances dirigeantes de la société. Cinq mois plus tôt, la moitié du comité exécutif - soit trois membres - avaient quitté leur poste.

La transformation de Salt est passée notamment par le rapatriement des services informatiques et réseau. Autrefois cantonnée à la seule téléphonie mobile, la société a annoncé au début 2018 son entrée dans le segment disputé du réseau fixe. Elle a ainsi lancé une offre fibre optique à 10 Gbit/s couplée à un boîtier télévisé Apple.

Lire également: Téléphonie: ce que l’offre de Salt révèle du marché suisse

Salt revendique 1,22 million d'abonnés (au 31 mars 2018), ce qui en fait le troisième opérateur suisse derrière Swisscom et Sunrise. La société, basée à Renens, dispose d'une couverture 4G de 98% de la population suisse.

Au premier trimestre, le spécialiste des télécommunications a vu son chiffre d'affaires stagner à 248,5 millions de francs. Le nombre d'abonnés s'est en revanche étoffé. Le résultat avant amortissements et dépréciation (Ebitda) a progressé de 10,4% à 110,6 millions, entraînant une forte amélioration de la marge opérationnelle.

Salt revendique 1,22 million d'abonnés (au 31 mars 2018) et une couverture 4G de 98% de la population suisse.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)