Qu’ils soient indigènes ou exotiques, les Suisses adorent manger des fruits. Durant l’été, «Le Temps» raconte leur histoire, détaille les filières et analyse leur consommation.

Episodes précédents:

Vu de Suisse, tout est sucré dans le royaume des mangues. Cette denrée, rare au début du siècle, garnit désormais régulièrement nos assiettes, surtout cette année où les importations flambent. Près de 6,4 millions de kilos ont été importés de janvier à avril 2020, contre moins de 5,5 millions à la même période l’an dernier, selon les douanes (les chiffres incluent les goyaves et mangoustans), avec un pic en mars et en avril. Autrement dit, les Suisses ont cherché du réconfort dans cette douceur durant le confinement.

Le fruit est d’autant plus doux que les prix ont baissé, malgré les paralysies engendrées par la pandémie, notamment au Pérou, au Brésil, en Espagne et en Côte d'Ivoire, d’où il nous parvient majoritairement. En 2019, il était arrivé de 63 pays différents, une diversité qui permet aux Suisses de le savourer toute l’année.