Activisme

Patagonia refuse les clients non écolos

Très appréciée parmi les travailleurs de la tech, la marque américaine a décidé de ne vendre ses vestes sans manches qu’à des industries respectueuses de l’environnement. La diplomatie du gilet est née

Si vous n’êtes pas un homme d’âge moyen, résidant sur la côte Ouest des Etats-Unis et travaillant dans le secteur de la tech ou de la fintech – ou, du moins, si vous ne partagez pas leurs critères esthétiques –, il vous sera probablement difficile de saisir la portée du geste de Patagonia. La marque californienne de vêtements techniques a décidé d’user de ses vestes sans manches pour pousser vers un capitalisme plus respectueux de l’environnement.

Patagonia ne vendra plus ses gilets molletonnés ou matelassés, marqués du logo de ses clients, aux industries qu’elle considère comme dommageables pour l’environnement. Un coup dur, alors que ces fameuses Power Vests avait déjà été propulsées au summum de la coolitude par les patrons d’Amazon et d’Uber.

Lire l'article lié: Google et l’éthique, une relation sous tension

Se prendre une veste

Lundi dernier, c’est le cabinet Vested (une coïncidence) qui en a fait les frais. Spécialisé dans la communication des sociétés financières, il s’est vu retourner une commande au motif que Patagonia est «réticente à s’associer avec des sociétés pétrolières, de forage, de construction de barrages, etc., qu’elle considère comme nuisibles à l’environnement». Une liste qui inclut également les «institutions financières» comme Vested.

Lire l’interview du cofondateur de B Corp: «Prospérité et durabilité sont compatibles»

Patagonia n’associera désormais son logo qu’avec les 1300 entreprises du mouvement 1% pour la planète qui consacrent un centième de leur chiffre d’affaires à «soutenir l’environnement». Ainsi qu’avec celles qui sont certifiées B Corp, soit un réseau de 2600 entreprises dans le monde qui promettent de faire le bien autour d’elles. Ou, pour le formuler comme le label, de placer leur «Mission Sociétale au cœur de leur raison d’être».

Cette «diplomatie du gilet» pourrait venir renforcer les rangs des deux associations. C’est du moins ce qu’espère Patagonia. Pour ceux qui ne travaillent pas dans les bons secteurs, l’aéroport de San Francisco a installé un distributeur de vestes sans manches de la marque japonaise Uniqlo. Mais, bien sûr, sans logo, ce n’est pas la même chose.

Publicité