Banques

Patrick Odier quitte la présidence de l'ASB

Après sept années à la tête de l'Association Suisse des Banquiers, le Genevois annonce son départ. Il juge le moment opportun et entend consacrer davantage de temps au groupe Lombard Odier 

Patrick Odier, qui est né en 1955, a annoncé lundi son intention de quitter la présidence de l’Association Suisse des Banquiers lors du conseil d’administration de l’organisation. La décision ne surprend pas totalement. Le Genevois, associé-gérant senior du groupe Lombard Odier, avait en effet indiqué au Tages Anzeiger qu’il informerait prochainement l’ASB sur ses futures intentions à l’égard de la présidence de l’organisation faîtière. Le doute était alors lancé sur sa réélection. 

Patrick Odier avance deux raisons à son choix. En premier lieu, il estime le moment opportun pour un changement de président. La place financière a en effet traversé de profonds changements ces dernières années. La porte-parole cite entre autres le passage à l’échange automatique de renseignements (EAR) ainsi que l’obtention d’un hub pour le renmimbi. Le banquier entend également, la deuxième raison, consacrer davantage de temps à son groupe.

Comité de sélection de trois membres

Patrick Odier, qui préside l’ASB depuis septembre 2009, avait succédé à Pierre Mirabaud, lequel avait été à la tête de l’association depuis 2003.

Le comité de sélection chargé de trouver un successeur est composé de trois personnalités: Urs Rohner, président de Credit Suisse et vice-président de l'ASB, Yves Mirabaud, associé-gérant senior de Mirabaud, et président du Conseil de la Fondation Genève Place Financière, et Martin Scholl, président de la direction générale de la Banque Cantonale de Zurich. Le candidat qui sera présenté à l’assemblée du 15 septembre sera choisi par le conseil d’administration.

Après le lancement des premières rumeurs de départ, le nom de Boris Collardi, directeur général du groupe Julius Baer, avait été cité comme successeur possible. Il a toutefois démenti lors d’une interview au Temps.

A lire aussi: Boris Collardi: «Les Etats-Unis ne veulent pas être le centre offshore mondial»

Publicité