Portrait

Patrizia Laeri, moderato égalité

Présentatrice d’émissions économiques à la SRF, modératrice lors d’événements mondiaux comme le WEF de Davos, Patrizia Laeri s’engage pour l’égalité. Dernier fait d’armes: une chronique annonçant son boycott de Zalando, qui a fait le buzz jusqu’en Allemagne

Patrizia Laeri en avait assez lu, vu et entendu. Mi-mai, la présentatrice des émissions économiques et boursières de la SRF a utilisé sa chronique bimensuelle dans le Blick pour dire le fond de sa pensée aux patrons de Zalando. C’est «dur» de renoncer à un service aussi «confortable», «vous nous rendez accros», mais vous venez de perdre l’une de vos «clientes de rêve», annonce-t-elle d’emblée. Motif de son courroux: comme les grandes entreprises allemandes, le géant de la mode devait se fixer un objectif à atteindre en termes de présence de femmes à sa direction. Or Zalando n’a pas fait montre de grandes ambitions. Objectif affiché: 0%.

Retrouvez tous nos articles  consacrés à l'égalité.

Ce, alors que 80% de ses clients sont des clientes, que la diversité est bonne pour les affaires et qu’au XXIe siècle, il faut faire des efforts pour l’égalité, souligne celle qui écrit dans le quotidien de boulevard depuis 2018. Le texte est à peine publié que le buzz démarre. La fronde vient de Zurich, mais elle trouve rapidement un écho outre-Rhin. Zalando se sent obligé de contacter la journaliste pour se justifier.

Pas convaincue

La journaliste a-t-elle changé d’avis? Nous la rencontrons deux semaines plus tard dans un café aux abords de la Paradeplatz. Oui, Zalando l’a approchée, raconte-t-elle, certainement parce qu’elle fait partie des 25 personnalités germanophones les plus influentes selon LinkedIn. Oui, elle était prête à revoir sa position. Non, les Berlinois ne pas l’ont convaincue.

C’est peut-être son premier coup d’éclat de cette ampleur, mais c’est loin d’être la première prise de position en faveur de l’égalité de la Zurichoise aux origines grisonnes, qui a commencé sa carrière par un stage à la NZZ. D’ailleurs, pourquoi le journalisme économique? «Parce que le secteur manque de femmes et que cela se voit dans la façon de traiter ces nouvelles», explique-t-elle simplement.

Comme citoyennes, consommatrices ou investisseuses, les femmes doivent se manifester

Patrizia Laeri

Pourtant, Patrizia Laeri n’avait d’abord pas pris ce chemin. Etudiante, elle apprend la gestion d’entreprise à l’Université de Zurich. Elle passe un semestre à celle de Madrid, qui lui permet de maîtriser l’espagnol, et revient en Suisse, où elle se lance dans le marketing à Unilever avant d’essayer le consulting au cabinet Heidrick & Struggles. Moins de deux ans plus tard, changement de cap: direction la NZZ, puis SRF. Jeune journaliste, elle se forme dans plusieurs rubriques avant de rejoindre les équipes des émissions phares de 10 vor 10, puis Tagesschau. En parallèle, elle se met à la présentation. Elle produit l’émission boursière de la télévision publique alémanique depuis 2007 et présente celle sur l’économie depuis 2016.

Modèle suisse désuet

Cela pourrait largement suffire à remplir ses semaines. Mais non, elle anime aussi des événements, notamment au Forum de Davos. «Je ne peux pas vraiment demander à mon mari de travailler moins pour s’occuper des enfants, il est à 100%. Mais moi, je suis pratiquement à 150%», poursuit la quadragénaire, qui a deux fils. «Sans l’aide de ma mère, je ne sais pas comment on aurait pu s’en sortir», souligne-t-elle, déplorant qu’une série de mesures «cimentent» le modèle suisse de ménage à un seul revenu: les frais de garde trop élevés ou l’impôt des couples, de même que l’absence de congé paternité.

Lire aussi la chronique de Lisa Mazzone: Congé paternité: comme une envie de pleurer

Patrizia Laeri ne sait plus exactement quand elle a commencé à s’engager pour l’égalité, mais on sent que ses convictions n’ont fait que grandir à mesure que sa carrière prenait son envol. Peut-être était-ce face aux grands patrons qu’elle voit défiler semaine après semaine, des hommes presque uniquement, ce qui l’amène à penser qu’un quota – temporaire – est nécessaire pour faire bouger les choses.

Courage «civil»

Surtout, elle cite des cas de sexisme dans le cadre de son travail qui lui ont fait prendre conscience qu’il fallait donner une plus grande place aux femmes. D’ailleurs, qui dit positions féministes et présence publique dit aussi très souvent attaques sur les réseaux sociaux. Patrizia Laeri n’y échappe pas et admet que cela peut être difficile et «anxiogène». Mais «il faut s’en détacher et continuer de soulever ces questions, c’est une question de courage civil».

Lire aussi: «Helvetia ruft!», l'appel aux femmes en politique  

Elle n’a pas l’air de flancher ni face à cette violence, ni face à l’ampleur de la tâche. Objectif du moment: pousser les médias à l’introspection. «Les personnes citées sont à 80% des hommes, c’est pire que la représentation politique, déplore-t-elle. Nous sommes toujours dans une situation où les hommes expliquent le monde et les femmes posent les questions, cela doit changer.» En s’inspirant par exemple de la BBC, qui depuis un an a lancé un concours interne pour que toutes les émissions affichent une parité dans leurs invités. Tous les programmes, excepté BBC Sport et BBC Arabia, y sont parvenus.

«Comme citoyennes, consommatrices ou investisseuses, les femmes doivent se manifester», reprend la Zurichoise. Et la grève des femmes, prévue le 14 juin, est aussi un moyen qu’elle ne manquera pas d’utiliser.


Bio Express

1977 Naissance à Zurich.

1997-2002 Etudes de gestion d’entreprise à Zurich et Madrid.

2003 Rejoint SRF.

2007 Devient présentatrice et productrice de «SRF Börse», puis aussi de «SRF Eco» à partir de 2016.

2017 Membre du conseil de l’Institute for Digital Business de la Haute Ecole d’économie à Zurich.

2018 Commence une chronique bimensuelle dans le «Blick».

 

Plus de contenu dans le dossier

Publicité