Economie

Le patron de Cartier Suisse évincé?

Horst Edenhofer ne dirigera plus la filiale helvétique de la société de luxe dès le 1er octobre.

Horst Edenhofer ne sera plus le patron de Cartier Suisse dès le 1er octobre. La maison mère déclare que ce départ s'est fait «dans le consensus le plus total entre les deux parties», selon la phraséologie type dans ce genre de circonstances.

Dans les coulisses de Richemont, propriétaire de la marque de luxe, il est toutefois murmuré que Horst Edenhofer, depuis trente ans chez Cartier et responsable de la filiale suisse depuis treize ans, ne donnait plus entière satisfaction. Quoi qu'il en soit, Cartier n'a pas souhaité donner le nom de son successeur, qui a déjà été désigné. La marque prévoit de publier un communiqué de presse lundi. Le principal intéressé n'a pas pu être joint jeudi pour répondre aux questions du Temps. Ce qui ressemble à une éviction n'a toutefois aucun lien avec la marche des affaires de la société. Cartier se porte comme un charme, avec des ventes qui affichent une progression à deux chiffres.

Ce départ abrupt n'est cependant pas sans rappeler celui de Claude-Daniel Proellochs, patron de la manufacture Vacheron Constantin également en mains de Richemont. Selon la version officielle du groupe à l'époque, ce dernier partait à la retraite, alors qu'il était nommé six mois plus tard à la tête de l'horloger De Witt. De quoi avoir là aussi des doutes sur un départ à l'amiable. Ce d'autant plus que sa garde rapprochée avait aussi été priée de faire ses valises. Bref, le numéro deux mondial du luxe continue de faire le ménage dans l'état-major de ses marques.

Publicité