Il n’était pas là pour ça. Depuis Pékin, où UBS et d’autres multinationales de la finance préparent la fin de l’interdiction pour les entreprises étrangères de détenir l’entièreté de sociétés chinoises, Sergio Ermotti a lancé un avertissement en direction de la Suisse.