Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Ivan Glasenberg, directeur général de Glencore, en mai 2011.
© YM YIK/KEYSTONE

Sanctions

Le patron de Glencore, Ivan Glasenberg, quitte le conseil d'administration de Rusal

Ce départ intervient alors que des sanctions ont été décidées par Washington à l'encontre de plusieurs personnes morales et physiques russes, parmi lesquelles le géant russe de l'aluminium

Le directeur général du géant des matières premières Glencore, Ivan Glasenberg, renonce à son poste d’administrateur auprès du géant russe de l’aluminium Rusal, sous le coup de sanctions américaines. Le groupe zougois explique qu’il entend respecter «toutes les sanctions» et «prendre toutes les mesures nécessaires afin de réduire le risque pour ses activités».

Le retrait d’Ivan Glasenberg intervient après les sanctions décidées par Washington à l’encontre de plusieurs personnes morales et physiques russes, parmi lesquelles les compagnies Rusal et En+. Glencore dit toujours évaluer la position de ses contrats avec Rusal, mais souligne mardi dans un communiqué que ceux-ci ne sont pas «financièrement substantiels» pour le groupe.

Lire aussi: Les entreprises suisses exposées au risque russe

Glencore a également gelé une opération avec l’énergéticien En+, comme Rusal aux mains de l’oligarque russe Oleg Deripaska, qui prévoyait l’échange de titres Rusal contre des certificats représentatifs (Global Depositary Receipts) d’En+.

Mouvement de panique parmi les investisseurs

«Glencore ne procédera pas à cette transaction pour le moment», les deux groupes ayant été qualifiés de «ressortissants spécifiquement désignés» par le gouvernement étasunien.

Les nouvelles sanctions imposées à la Russie par les Etats-Unis ont provoqué un mouvement de panique lundi parmi les investisseurs, qui ont fui massivement les entreprises russes. A la bourse de Hongkong, où elle est cotée, l’action de Rusal a perdu la moitié de sa valeur, soit plus de 3,5 milliards d’euros (4,1 milliards de francs).

Le groupe avait alors prévenu que les sanctions «pourraient aboutir à un défaut technique sur certaines obligations» et affirmé évaluer «l’impact de tels défauts techniques sur sa position financière».

Lire: Sanctionné par Washington, le géant russe de l’aluminium Rusal s’effondre en bourse

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)