Avec Wolfgang Mayrhuber, 62 ans, le conseil d’administration de l’UBS comptera onze membres. Reste pour la grande banque à se choisir un douzième titulaire, afin de remplacer Sergio Marchionne (patron de Fiat) et Peter Voser (patron de Shell), qui ont annoncé tous deux à fin septembre ne pas solliciter de nouveaux mandats.

Kaspar Villiger satisfait

Le feu vert donné par Wolfgang Mayrhuber ne manque pas de réjouir le président du conseil d’administration Kaspar Villiger. «Wolfgang Mayrhuber dispose d’une vaste expérience en matière de gestion, acquise pendant sa carrière de près de 40 ans dans une entreprise internationale», relève-t-il dans le communiqué publié lundi.

L’ancien conseiller fédéral met encore en exergue le «savoir-faire stratégique» du futur administrateur, sous réserve évidemment de son élection le 14 avril prochain à Bâle par les actionnaires de l’UBS. Wolfgang Mayrhuber s’est taillé une solide réputation avec Lufthansa, groupe qu’il dirige depuis six ans et demi.

Enfant de Haute-Autriche

Travaillant pour le compte de Lufthansa depuis près de 40 ans, le natif de Waizenkirchen, petit village de la Haute-Autriche situé non loin de Linz. Wolfgang Mayrhuber a été l’artisan au printemps 2005 du rachat de Swiss, alors en grosses difficultés, par le géant de transport aérien allemand (115’000 collaborateurs).

Wolfgang Mayrhuber arrivera au sein d’une UBS en voie de rétablissement, après les déboires de l’ère Marcel Ospel, et qui semble avoir retrouvé des ambitions. La banque a toutefois encore essuyé une perte nette de 564 millions de francs au troisième trimestre 2009, contre 1,4 milliard trois mois plus tôt.

L’an dernier, l’UBS a accusé une perte abyssale de près de 21 milliards. Il s’agissait ni plus ni mois du plus important déficit jamais enregistré par une entreprise suisse.