En Afrique du Sud, la politique de discrimination positive («Black Economic Empowerment, BEE») provoque du remous chez Anglo American. Le 1er mai, Lazarus Zim, patron noir de la branche sud-africaine du groupe minier numéro deux mondial derrière BHP Billiton, quittera son poste. Il avait été nommé à cette fonction en janvier 2005.

Ce départ s'inscrit dans le contexte du BEE, politique lancée par le gouvernement sud-africain. D'après celle-ci, les compagnies minières cotées à la Bourse de Johannesburg devront céder 15% de leur capital-actions à des groupes d'intérêts noirs d'ici 2009. Cette part devra atteindre 26% en 2014.

La nouvelle législation en la matière est valable aussi bien pour Anglo American que pour Anglo Platinum, société qu'elle détient à 74,9% et qui est numéro un mondial de la production de platine. «Anglo Platinum pourrait avoir besoin de structures supplémentaires dans le cadre du BEE afin de dépasser le seuil de 15%. Lazarus pourrait réunir un consortium pour participer à ce processus», soutient Tony Trahar, patron d'Anglo American, à Bloomberg.

Autre explication avancée par un porte-parole d'Anglo American dans Metall Bulletin, publication spécialisée dans l'information sur les métaux: comme Anglo Platinum est détenue majoritairement par Anglo American, le nouveau rôle de Lazarus Zim pourrait créer un conflit d'intérêt.

Mais, d'après un analyste, ce départ permet aussi à Anglo Platinum de résoudre un problème majeur. Le gouvernement sud-africain reproche à la compagnie le manque d'investisseurs noirs dans son actionnariat. Or ce facteur joue désormais un rôle déterminant lorsque l'Etat décide de céder des droits d'exploitation des mines aux compagnies. Du côté d'Anglo Platinum, on réfute cette argumentation. «Lazarus Zim a lui-même pris la décision d'abandonner sa fonction de dirigeant», relève Gavin Keeton, conseiller économique chez Anglo American, lors d'une interview accordée récemment au Temps à Johannesburg. Lazarus Zim ne quittera pas complètement Anglo American. Il gardera un rôle de directeur non-exécutif auprès de la compagnie en Afrique du Sud, en plus de celui de président de la Chambre des mines. «Nous continuerons à travailler avec lui. Il dirigera comme avant notre comité de transformation, dont le but est de repositionner certaines activités du groupe (lire ci-dessous)», ajoute Gavin Keeton.

Philip Baum, président des métaux ferreux et de la division industrielle d'Anglo American, remplacera Lazarus Zim, vraisemblablement avant que la compagnie ne trouve un dirigeant noir

Prochain article: Interview de Jonathan Oppenheimer, membre du conseil d'administration de De Beers, leader mondial du diamant.