Dans une interview accordée à la RTS lundi, Dieter Vranckx, patron de Swiss, a affirmé que la compagnie aérienne a déjà remboursé 50 millions de francs de l’argent emprunté pour traverser la crise. «Nous nous sommes fixé comme objectif de ne pas dépenser plus de la moitié du prêt accordé par la Confédération, soit 750 millions de francs. Jusqu’à maintenant nous avons tenu cette promesse. En juin, nous avons eu l’opportunité de rembourser 50 millions», révèle ce dernier dans l’émission T.T.C.

Lire aussi: Swiss s’enfonce dans le rouge

Avant la pandémie, en 2019, Swiss a réalisé un bénéfice de 578 millions de francs. En 2020, elle a enregistré 654 millions de pertes, et près de 398 millions au premier semestre 2021.

En avril 2020, la filiale de Lufthansa a bénéficié d’un prêt de 1,5 milliard de francs, à sa disposition pour l’aider à traverser la crise. A présent, aux mois de mai et juin, la compagnie a connu une petite embellie qui a permis selon son patron de rembourser une partie de prêt.

Une sérieuse remontée de bretelles

Les déclarations de Dieter Vranckx interviennent alors que ce dimanche, la SonntagsZeitung révélait que les conseillers fédéraux Simonetta Sommaruga et Ueli Maurer ont reproché, dans un échange de courriers à Swiss, d’avoir versé des bonus pour 2019, alors que la compagnie recevait une aide financée par des fonds publics. Pourtant dans le cadre des négociations avec la Confédération, la compagnie s’était engagée à «faire preuve de retenue» en ce qui concerne les rémunérations variables. Cependant, la compagnie ne devrait plus accorder de bonus jusqu’au remboursement intégral du prêt.

Lire également: Dieter Vranckx, patron de Swiss, «A l’avenir, Swiss deviendra plus petite»

Ces révélations tombent d’autant plus mal que dans son entretien avec la RTS, Dieter Vranckx a indiqué que Swiss devrait sans doute avoir besoin de recourir à nouveau à l'argent de la Confédération pour cet hiver. Pourtant, la compagnie a mis en place des mesures d’économie drastiques, prévoyant notamment la suppression de 1700 postes d’ici la fin de l’année, soit 20% de ses effectifs, et une réduction de la flotte de 15%. En revanche, selon son patron, Swiss devrait reprendre l’exploitation de sa ligne Genève-New York prochainement.