Il y a deux ans, Bill Majcher a reçu une étrange proposition du gouvernement chinois: voulait-il enquêter pour le compte de Pékin sur des Chinois qui avaient placé des fonds à l’étranger issus de la corruption, d’activités criminelles ou de l’évasion fiscale? «Il s’agissait de repérer ces avoirs, de les récupérer, puis de les rapatrier en Chine», raconte cet ex-policier canadien qui vit à Hongkong. En échange, il recevrait une commission.

Lire également: La Chine s’appuie sur la Suisse dans sa traque aux fraudeurs