La Chine va réduire de 60% les droits de douane sur les importations de montres suisses dans le cadre de l’accord de libre-échange que Berne et Pékin doivent signer au mois de juillet. Des détails sur cet accord ont été rendus publics hier à Pékin.

Dans le cadre de l’accord de ­libre-échange que les deux pays s’apprêtent à conclure – le premier signé par la Chine avec un pays d’Europe continentale –, 84% des exportations suisses vers la Chine seront exemptées de droits de douane, a déclaré le ministre chinois délégué au Commerce, Yu Jianhua. Dans le sens inverse, 99,7% des importations de produits chinois ne seront pas taxées par les douanes suisses. En l’occurrence, la plupart des biens déjà importés actuellement, notamment les vêtements et produits en métal. La plupart de ces produits n’étaient que modérément taxés.

Réduction progressive

Concernant l’horlogerie, «la première année, nous allons réduire les droits de douane sur les montres suisses de 18% et la baisse sera ensuite de 5% chaque année, a déclaré Yu Jianhua. Il y aura une baisse de 60% sur dix ans.»

Le système s’appliquera avec des variantes à d’autres catégories de biens, au plus tard d’ici à 15 ans. Pour les produits où la Chine estime que le risque concurrentiel pour sa propre industrie est trop grand – par exemple les machines textiles, les produits chimiques ou pharmaceutiques –, les taxes ne seront que partiellement abaissées, voire pas du tout.

L’accord prévoit aussi des dispositions visant à éviter que des biens en provenance de l’Union européenne en bénéficient après un transit par la Suisse. Il devrait être signé lors de la visite en Chine du ministre suisse de l’Economie, Johann Schneider-Ammann, à la mi-juillet. La Chine est le troisième partenaire économique de la Suisse après l’Union européenne et les Etats-Unis. L’accord de libre-échange concernera tout le champ des produits industriels ainsi que les produits agricoles. Les protocoles d’entente sur cet accord dont l’élaboration a pris trois ans ont été signés vendredi lors de la visite en Suisse du premier ministre chinois, Li Keqiang.