«J’aime la restauration. J’aime cuisiner et rencontrer des personnes différentes, s’enthousiasme Atiq Naqibi. Je ne serai jamais fatigué de mon travail.» Un discours que les employeurs de l’hôtellerie-restauration rêvent d’entendre en cette période de pénurie de personnel. Pourtant, ils passent peut-être tous les jours à côté de profils comme celui de cet Afghan de 25 ans, détenteur d’un permis F.