Essentielles aux voitures, aux équipements informatiques, aux smartphones, ou encore à l’électroménager… le manque de puces électroniques grippe l’économie mondiale. La production actuelle, qui s’élève pourtant à plus de 1000 milliards de puces par an, ne suffit plus à répondre à la demande. Les trois quarts de cette production sont assurés par des fonderies en Asie, particulièrement à Taïwan qui abrite plusieurs des leaders mondiaux du secteur.

«On nous a vendu 28 francs un composant en rupture de stock que nous avions valorisé à 8,50 francs», illustre Michel Jonvaux, directeur des opérations de Telsa. Comme les autres acteurs du secteur, l’entreprise valaisanne spécialisée dans la sous-traitance électronique subit la pénurie mondiale de semi-conducteurs qui dure depuis fin 2020. «Ce n’est pas une règle générale mais nous sommes aujourd’hui à environ 30% d’augmentation des prix sur certains composants», détaille Michel Jonvaux.