+21,3%: c’est la surperfromance qu’aurait dégagée un investisseur entre 2007 et 2017 s’il avait placé 10% de son portefeuille dans du private equity et 90% en actions mondiales, par rapport à un investissement à 100% dans l’indice MSCI actions globales. Autrement dit, selon ce calcul effectué par la banque Bordier, le gain aurait dépassé 190 points de base par année, sur cette période qui couvre un cycle de marché complet. Un résultat qui repose cependant sur une condition de taille.

Lire aussi: Les investissements dans la biotech selon Google