Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

Périscope

Sheila Bair, numéro un au top 50 des femmes d'affaires • Elle

Sheila Bair, numéro un au top 50 des femmes d'affaires

• Elle dirige une agence de l'administration américaine, la Federal Deposit Insurance, la seule agence d'ailleurs qui sortira de la crise du crédit avec une réputation renforcée, elle est proche de Warren Buffett et surtout élève du républicain américain Bob Dole. Sheila Bair est numéro 1 au Top 50 des femmes d'affaires du Wall Street Journal, devant Indra Nooyi, présidente et CEO de Pepsico. En avril dernier, elle a été choquée lors d'une conférence sur l'immobilier par les petits propriétaires qui s'attroupaient pour participer à une séance d'information. Convaincuse que ces gens qui allaient tout perdre avec leur maison n'étaient pas «les profiteurs du système», elle a renversé des montagnes pour que l'administration Bush s'implique davantage pour réduire les saisies immobilières. Elle a aussi orchestré le rachat de la banque californienne IndyMacBank, l'une des plus grandes faillites de l'histoire bancaire. Certains la voient occuper de hautes fonctions au sein de l'équipe Obama.

Mieux vaut en faire trop que pas assez

• L'ampleur historique de la baisse des taux britanniques (1,5%) est encore inférieure aux espoirs de Martin Wolf (2%), mais l'éditorialiste du Financial Times félicite les autorités. Mieux vaut en faire trop que pas assez. Ce geste permet de poursuivre la guérison du système bancaire. Bien sûr la livre sterling risque de poursuivre son déclin, mais la politique accommodante doit être comprise non pas comme un encouragement de l'inflation, mais comme une opposition à la déflation. Un stimulus fiscal est probable, ajoute-t-il. Et la politique monétaire va rester accommodante. Le Royaume Uni peut même tester la barre des 0%.

Le chômage augmente, mais les salaires également

• Fréquemment trop optimiste, Gene Epstein, éditorialiste du Barron's, évalue l'impact de la baisse des coûts de l'énergie sur la consommation en novembre aux Etats-Unis. Les ventes automobiles, publiées le 2 décembre, feront l'événement. Le mois d'octobre a été si dramatique qu'une reprise devrait survenir. Sinon, les dividendes de la chute du pétrole n'auront pas été suffisants pour attirer les consommateurs. Et les perspectives de croissance du PIB pour le début de l'année devront à nouveau être réduites. Après un quatrième trimestre négatif, la contraction deviendrait inévitable au premier trimestre 2009. Les ventes américaines au détail, présentées ce vendredi pour le mois d'octobre, devraient être déprimantes. Mais ici aussi il faudra éviter les conclusions hâtives et analyser plutôt les ventes de novembre, publiées le 12 décembre. Dans l'ensemble, la consommation est pénalisée par la hausse du chômage, mais les salaires sont au moins à la hausse. L'augmentation de 0,2% des salaires horaires signifie que le total des salaires s'est accru plus fortement que ce chiffre.

Le baron de Münchhausen et les baisses de taux d'intérêt

• Le retour de la confiance coûtera cher, explique Jean-Pierre Robin, dans le Figaro. La défiance actuelle se lit dans la valeur boursière de Renault, inférieure à la seule valeur des autos que le constructeur a en stock. Cette défiance se traduit par une hausse du taux d'épargne (15,8% du revenu disponible en France). L'argent des banques centrales ne parvient pas à s'incarner en investissements. Les gouvernements se trouvent dans la situation du baron de Münchhausen qui prétendait sortir des marécages en tirant sur ses propres cheveux.

Emmanuel Garessus

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)