La hausse des Bourses est toute relative

• Depuis octobre 2002, les actions américaines sont en sensible hausse, à condition de calculer les variations en dollars. Car en termes d'or, les actions baissent depuis trois ans, selon le gourou Marc Faber, dans son rapport «Gloom, Boom & Doom». Et depuis l'été dernier, le marché immobilier américain est en repli de 25%, en termes d'or. L'expert iconoclaste estime que les actions, les obligations et les matières premières sont surachetées et devraient subir une correction baissière. Mais ces trois prochains mois les taux d'intérêt devraient baisser. Marc Faber recommande les actions japonaises, qui devraient s'apprécier aisément jusqu'en 2010.

Le marché du travail est presque idéal en Suisse

• La Suisse a depuis longtemps, contrairement à la France, un marché du travail flexible. Or plus de flexibilité, c'est moins de chômage, selon Bilan. Le magazine livre une appréciation globale du marché du travail dans différents pays en fonction de cinq critères. Le plus efficace est celui des Etats-Unis, devant le Royaume-Uni, le Canada, l'Irlande, l'Autriche et la Suisse. Le Portugal est le moins efficace. Pour Yngve Abrahamsen, de l'EPFZ, la Suisse s'approche d'un marché du travail idéal. Les barrières administratives et juridiques au licenciement sont les plus basses d'Europe continentale. La France en est à mille lieues. Le résultat y est non seulement inefficient, mais moralement inacceptable, selon Olivier Blanchard, professeur au MIT. Selon celui-ci, la politique ne doit pas chercher à préserver l'emploi mais à protéger l'employé.

Berne force les femmes à sortir du marché du travail

• «Travailler n'est pas rentable, avoir un deuxième enfant encore moins», selon Monika Bütler. Professeure à l'Université de Saint-Gall, elle publie une étude qui démontre que l'Etat a produit un système par lequel les tarifs des crèches poussent les femmes à sortir du marché du travail. Révélée par la Weltwoche, cette analyse explique que les tarifs sont fonction du revenu et que les incitations financières les plus élevées sont accordées aux femmes qui ne travaillent pas. Les femmes universitaires n'ont que 0,8 enfant en moyenne dans notre pays. Est-ce parce qu'elles privilégient leur future carrière? Monika Bütler estime au contraire que le taux de fertilité s'accroît avec le taux d'emploi des femmes, comme en Suède et aux Etats-Unis. Avec le «modèle» de crèche suisse, à partir du deuxième enfant la situation optimale consiste à ne travailler qu'un jour ou deux par semaine. L'Etat devrait faire l'inverse, accorder des incitations financières qui augmentent avec le nombre de jours de travail.

L'Europe centrale fait preuve de maturité fiscale

• Les dernières élections hongroises soulignent le succès des forces politiques les plus modérées et le refus des solutions téméraires, selon la NZZ. La campagne démarre en République tchèque et en Slovaquie en vue des élections de juin. Le ton est rassurant. Malgré l'impopularité des réformes, le gouvernement slovaque de centre droit se refuse à changer de cap. Les sociaux-démocrates tchèques ne font pas davantage de promesses budgétaires intenables. La nécessité d'un budget sain est mieux ancrée à l'est que dans certaines «télécraties» occidentales.