En 2002, la sociologue Katja Schaer a réalisé une étude qualitative basée sur un échantillon de 228 scientifiques doctorants ou post-doctorants expatriés aux Etats-Unis. Résultat? Selon ces jeunes chercheurs, les obstacles au retour sont nombreux: ils se sentent coupés de la Suisse sur le plan professionnel et personnel, et pensent que rien n'évolue dans leur pays d'origine. D'autre part, les universités suisses donnent une image trompeuse des opportunités de carrière, et ces jeunes sont incités à suivre des voies sans avenir. En outre, selon l'enquête,

la reconversion vers l'industrie n'enthousiasme pas les scientifiques, qui y voient plutôt une perte de leur liberté.

«Les scientifiques suisses aux Etats-Unis», Katja Schaer, Gebert Rüf Stiftung, San Francisco/Bâle, 2002