La holding financière belgo-néerlandaise Fortis, ébranlée par la crise financière, a annoncé mardi une perte nette de 28 milliards d’euros pour l’exercice 2008, supérieure à ses propres estimations.

Mi-mars, le groupe avait indiqué tabler sur 22,5 milliards d’euros de perte, prévenant qu’il ne pourrait pas verser de dividende.

Fortis, frappée de plein fouet par la crise financière, avait dû appeler les Etats du Benelux à la rescousse l’an dernier.

Après un premier renflouement en septembre, l’Etat néerlandais avait nationalisé début octobre les activités de bancassurance aux Pays-Bas et la Belgique avait pris le contrôle à 100% de la filiale bancaire belge Fortis Banque, avec l’objectif d’en revendre 75% au groupe français BNP Paribas.

Les actionnaires de Fortis ont voté le 11 février contre ce démantèlement. Un accord révisé avec BNP doit leur être soumis les 8 et 9 avril.