Il s'en faut parfois de peu pour écoper d'une sanction de la Bourse suisse. Les amendes peuvent aller jusqu'à 200000 francs. En janvier dernier, la société CPH Chemie+ Papier Holding a reçu un «avertissement avec publication» pour avoir envoyé ses résultats par fax à 16h42 aux agences de presse, mais seulement à 17h05 aux journaux. SWX lui reproche la «non-simultanéité des publications pendant les heures de négoce». Selon le règlement, la société aurait dû attendre la clôture de la Bourse à 17h30. La Banque cantonale des Grisons et Gornergrat-Monte Rosa-Bahnen, qui exploite des remontées mécaniques, se sont fait taper sur les doigts pour des faits du même ordre. Les grandes sociétés ne sont pas en reste. L'année dernière, ABB s'est vu reprocher d'avoir annoncé une baisse de ses prévisions de bénéfice dans la seule NZZ. Adecco a été sanctionné pour avoir donné en primeur à deux personnes l'information selon laquelle la publication de ses comptes allait être reportée.