C’est de moins en moins visible, mais toujours plus douloureux. Les taux d’intérêt négatifs touchent directement un nombre encore limité de clients des banques. Indirectement, pourtant, tout le monde en pâtit de plus en plus. Comment? Via des frais bancaires qui ne cessent d’augmenter. Dernier exemple en date, Credit Suisse a changé certaines conditions. Dès ce mois-ci, un client qui n’aura qu’un compte épargne dans cette banque verra son taux passer à 0% tandis qu’il devra s’acquitter d’une taxe de 5 francs par mois, prévenait récemment la banque par courrier, comme l’a révélé la NZZ.

Lire notre éditorial:Le drame des taux négatifs déguisés