Les investisseurs qui s'estiment lésés par Credit Suisse s'accrochent. Suite à la faillite de Lehman Brothers à la mi-septembre, de nombreux épargnants ont perdu des sommes importantes placées dans des produits structurés émis par la banque américaine, mais distribués par Credit Suisse.

Suisses romands nombreux

Inquiets, les clients se montrent très actifs, y compris en Suisse romande. Les deux associations alémaniques qui se sont récemment constituées pour soutenir les clients affectés par la faillite de Lehman en témoignent. «Récemment, environ 20% des nouvelles inscriptions sur notre site proviennent de Suisse romande», estime René Zeyer, porte-parole de l'association des victimes de Lehman, qui gère le site http://www.anlage-opfer.ch. La seconde association, qui se présente à l'adresse http://www.anleger-selbsthilfe.ch, indiquait la semaine dernière être submergée de demandes rédigées en français. Disponible au départ seulement en allemand, le site est désormais en partie traduit en français.

Conditions

Quelles sont les chances d'être dédommagé? Fin septembre, le numéro deux bancaire helvétique avait promis de dédommager les clients les plus fortement affectés par la faillite de l'établissement new-yorkais. Ceux-ci doivent toutefois remplir deux conditions: la fortune placée chez Credit Suisse doit être inférieure à 500000 francs et plus de la moitié de la somme doit être investie dans des produits de Lehman.

Si la plupart des clients concernés continuent d'attendre, la banque a néanmoins commencé de présenter des offres concrètes d'indemnisation à certains investisseurs lésés, a-t-elle indiqué mercredi. En revanche, Credit Suisse n'a jamais dévoilé jusqu'ici le nombre total de personnes concernées, ni les sommes en jeu. Contactée hier, la banque n'a pas fourni de nouvelles précisions à ce sujet. Dans l'immédiat, elle offre son soutien aux personnes qui espèrent récupérer une partie de leur mise dans le cadre de la liquidation de Lehman. «Credit Suisse est volontiers disposé à vous soutenir afin de faire valoir vos droits dans le cadre de la procédure de protection à l'égard des créanciers ou dans celle de la mise en faillite du groupe Lehman Brothers», écrit la banque helvétique à ses clients le 9 octobre dans une lettre dont Le Temps a une copie. L'établissement avertit toutefois que «ce soutien n'implique aucune obligation ou responsabilité de Credit Suisse». Et de reconnaître un peu plus loin que les produits émis et garantis par Lehman sont «difficiles à vendre en ce moment».

Comme nous l'avons constaté, les clients se montrent d'autant plus déçus par Credit Suisse que la banque affiche une solide situation financière. Les analystes le citent souvent parmi leurs valeurs favorites au sein du secteur bancaire.