Le groupe américain IHS Energy Group mène à la hussarde la restructuration de sa filiale genevoise Petroconsultants, leader des services pétroliers. Un plan de suppression de 62 postes et de transfert de 17 autres dans ses bureaux aux Etats-Unis, à Londres et à Singapour a été annoncé aux 171 collaborateurs genevois de Petroconsultants. «La réduction des activités genevoises d'IHS Energy Groupe, explique la société, est rendue nécessaire en raison des conditions prévalant actuellement sur le marché mondial du pétrole et du gaz.» Elle ajoute que la chute des cours combinée au mouvement de concentration qui caractérise cette branche «a entraîné la perte de plusieurs clients importants».

Selon Matthew Carter, directeur financier d'IHS Energy Group, «les pertes annuelles engendrées par ces fusions se chiffrent à 10 millions de francs». Le chiffre d'affaires de la société atteint 130 millions de dollars, a précisé le dirigeant accouru du Colorado pour annoncer la mauvaise nouvelle aux employés genevois. On a appris hier à Genève que les compagnies pétrolières américaines Arco, Amoco et Mobil, ainsi que la firme belge Petrofina, engagées dans un processus de fusion, comptaient au nombre des clients de Petroconsultants. Selon une personne proche de ce dossier, «IHS Energy Group voulait fermer purement et simplement son site. En trois jours, ils ont changé d'avis et décidé de garder des activités à Genève». Matthew Carter a admis que la fermeture «était l'une des options envisagées» avant d'ajouter que la somme de connaissances locales a conduit le groupe à maintenir la couverture, depuis Genève, des services de Petroconsultants liés à l'Europe continentale, aux pays de l'ex-URSS et à l'Afrique. En revanche, les activités de recherche d'information pour l'Amérique du Sud seront dorénavant effectuées depuis Houston et celles pour l'Asie depuis Singapour. Les suppressions d'emplois concerneront pour l'essentiel l'administration, le marketing, l'imprimerie et certains secteurs informatiques, a précisé IHS Energy Group. Existe-t-il un risque de transfert de compétences et d'affaiblissement graduel à Genève lié au départ de 17 collaborateurs? «Non», a répondu Matthew Carter.

Le plan de restructuration a été acheminé aux autorités genevoises. Selon Robert Kuster, délégué à la promotion économique du canton, «Petroconsultants était un magnifique fleuron de l'industrie des services. Ils ont développé la meilleure banque de données du groupe. Nous regrettons profondément cette décision tout en en comprenant ses raisons.» Robert Kuster ajoute que «l'Etat continuera à soutenir le domaine du négoce des produits pétroliers et énergétiques. Genève est une place très importante sur le plan mondial et elle entend le rester». Quant aux représentants du personnel, ils n'ont voulu faire aucun commentaire sur ces événements, «car des négociations sont en cours». La restructuration de Petroconsultants a débuté en automne dernier. En mars, le directeur général de la filiale avait été sèchement mis à pied.