Le cours du baril de pétrole américain WTI a dépassé, jeudi, les 90 dollars le baril (90,27 dollars, en hausse de 2,27%) pour la première fois depuis sept ans. Le cours du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril a pris 1,83% à 91,11 dollars.

Sur le sujet: Le baril de Brent au plus haut depuis 2014

Les cours étaient calmes en début de séance après la décision conforme aux attentes la veille par les vingt-trois membres de l’alliance de l’OPEP + de garder le rythme prudent d’augmentation de leur niveau total de production de 400 000 barils par jour pour le mois de mars.

La chute du dollar

Mais leur bond a été «précipité par la chute du dollar», a expliqué John Kilduff d’Again Capital. L’euro a, en effet, jailli jeudi face au billet vert dopé par le changement de ton de la Banque centrale européenne (BCE), qui a, pour la première fois, ouvert la porte à une possible hausse de son taux directeur dès cette année.

Vers 21h45 (heure en Suisse) l’euro s’affichait en hausse de 1,14%, une variation très inhabituelle sur le marché des changes, à 1,1434 dollar.

L’article du 23 novembre 2021: La suprématie du dollar est encore plus forte qu’on ne le prétend

Le dollar reculait également face à la livre sterling, après le relèvement par la Banque d’Angleterre (BoE) de son taux directeur, de 0,25% à 0,50%, pour tenter de contrer l’inflation qui s’installe au Royaume-Uni.

«Tout bouge! La Banque d’Angleterre bouge, la BCE se dit prête à le faire, cela a interrompu la montée du dollar de ces dernières semaines qui mettait un couvercle sur la montée du cours du baril de pétrole brut», a affirmé l’analyste d’Again Capital.

Une situation tendue par le froid

Le cours de l’or noir s’est aussi tendu alors que des tempêtes hivernales s’abattent sur les Etats-Unis du Texas à l’Ohio ainsi que dans le nord-est.

Lire également: Omicron n’effraie plus le marché du pétrole

«On commence à avoir des problèmes de production et de logistique, de pipelines gelées, de rivières gelées», a relevé John Kilduff, soulignant aussi que la situation de fourniture de gaz de chauffage était tendue dans certains Etats du nord-est. «Avec ce froid qui s’est installé ces dernières semaines, la demande de fioul pour le chauffage est forte», ce qui devrait soutenir les cours.