La plongée des prix du pétrole américain en dessous de zéro lundi ne sera probablement pas qu’un épisode surréaliste et isolé. Le Chicago Mercantile Exchange (CME), l’une des places où s’échangent les contrats à terme sur les matières premières, s’est d’ailleurs préparé à une telle éventualité, qu’elle a rappelée mardi. La bourse a changé la structure des options sur les contrats à terme pour qu’elles puissent traiter avec des prix négatifs sans que cela ne pose de problèmes techniques, souligne Olivier Jakob, responsable de la recherche pour la société Petromatrix à Zoug.