La grande pharma fait partie des perdants de la pandémie. A l’exception de Pfizer, qui tire son épingle du jeu grâce à son accord avec BioNTech, et partiellement d’AstraZeneca, les géants du médicament n’ont pas apporté les solutions espérées dans la lutte contre le Covid-19. Les deux groupes bâlois ne font pas exception. En bourse, c’est un peu la soupe à la grimace. Roche et Novartis ont perdu 7% en un an alors que l’indice SMI des grandes valeurs suisses s’est apprécié de 15% et l’indice des actions américaines S&P 500 47%.