Est-il loisible aux parties à un contrat de travail de prévoir, d’une part, le paiement du salaire en euros et, d’autre part, l’application d’un taux de change défavorable, de façon que la rémunération du salarié communautaire coûte moins cher que celle d’un Suisse?