Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Usine de production Philipp Morris à Neuchâtel.
© FABRICE COFFRINI / Keystone

Cigarette

Philip Morris investit 30 millions de francs à Neuchâtel

L’entreprise américaine va investir dans des recharges de tabac à chauffer

Philip Morris Products, l’usine de production suisse du géant américain, a annoncé vendredi un investissement de plus de 30 millions de francs sur deux lignes de production high-tech, dans son usine de Neuchâtel. Ces chaînes de production assureront l’approvisionnement du marché suisse des unités de tabac Heets, compatibles avec les systèmes de chauffage électronique IQOS de la marque. Actuellement, Philip Morris emploie plus de 1500 personnes à Neuchâtel.

Mis au point au sein du centre de recherche de Neuchâtel et lancés en août 2015 en Suisse dans plusieurs villes pilotes, les produits Heets et IQOS sont utilisés actuellement par plus de 2 millions de fumeurs à travers le monde. Les recharges Heets, insérées dans les IQOS, sont chauffées électroniquement par l’appareil et diffusent une vapeur de tabac.

Un marché en croissance

En dix ans, Philip Morris a investi plus de 3 milliards de dollars (2,9 milliards de francs) dans la recherche et le développement des produits sans fumée. L’entreprise américaine a également publié des centaines d’articles scientifiques sur ses nouveaux produits, qui selon elle réduiraient considérablement les risques pour la santé par rapport aux cigarettes traditionnelles. Un point de vue non partagé par des chercheurs suisses, selon une étude publiée dans la revue scientifique américaine JAMA Internal Medicine.

Philip Morris s’est félicité de l’essor du marché des produits sans fumée dans un communiqué: «Nous sommes encouragés par le succès d’IQOS en Suisse et par ses performances dans d’autres pays européens.» La société compte produire 100 milliards de sticks de tabac d’ici à deux ans.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)