Philip Morris prévoit de restructurer ses activités l'année prochaine. Le cigarettier pourrait supprimer plusieurs centaines de postes à Lausanne et à Neuchâtel, indique le journal 24 heures dans un article publié ce mardi.

Les employés du cigarettier ont appris dans un courriel de leur directeur général André Calantzopoulos que des licenciements seront prononcés et des postes transférés à l'étranger, révèle le journal, qui dispose du message susmentionné.

En août 2019: Les deux géants du tabac Philip Morris et Altria sont en pourparlers pour fusionner

Les finances en Pologne?

Aucun chiffre n'a été communiqué pour le moment mais les sources du journal évoquent plusieurs centaines de postes. L'ensemble du département des finances pourrait être transféré en Pologne, pays à bas coûts salariaux, et où le groupe a déjà commencé à développer des activités.

La RTS cite Catherine Laubscher, secrétaire régionale d'Unia Neuchâtel, selon laquelle c'est un site bien particulier de Philip Morris qui serait touché par cette restructuration. «Ce n'est pas le site de production qui est visé, mais plutôt Philip Morris International (PMI), actif notamment dans la recherche et le développement», a-t-elle expliqué à La Matinale de la RTS, relayée sur le site du diffuseur. La syndicaliste affirme que des personnes travaillant à PMI ont bien reçu l'information selon laquelle 350 postes pourraient disparaître prochainement entre Neuchâtel et Lausanne.

Un porte-parole du cigarettier a déclaré à l'agence ATS que «nous évaluons maintenant la meilleure organisation pour nos fonctions centrales, pour être sûr de faire face à nos nouveaux défis». «A ce stade, il ne serait pas approprié pour nous de spéculer sur plus de détails», a-t-il ajouté.

Notre éditorial en été 2019, au moment de la polémique sur Philip Morris à l'Expo universelle de Dubaï: Philip Morris, cet infréquentable fleuron