Philippe Chalmin est un économiste-historien. Chaque année, son rapport Cyclope, sur les matières premières, présenté ce mercredi à Genève, est publié dans le contexte de grands bouleversements historiques. Lire sous sa plume que l’épidémie de Covid-19 est «la crise la plus forte que le monde ait connue depuis la Seconde Guerre mondiale» revêt donc une signification particulière. Tour d’horizon d’un séisme mondial.

«Le Temps»: Une formule revient souvent dans vos présentations. L’épidémie de Covid-19 marque, selon vous, la fin de la «mondialisation heureuse». Car elle était heureuse, cette mondialisation aujourd’hui ébranlée?