Depuis deux à trois ans, l’investissement durable s’est de plus en plus souvent inscrit à l’agenda des caisses de pension, et «aujourd’hui il y est installé de façon permanente», déclare dans une interview Philippe Luethy, responsable de l’investissement auprès du courtier Aon Suisse.

Une caisse de pension doit avant tout gagner de l’argent pour assurer le financement des retraites. Si les taux de conversion diminuent, la fortune de l’institution de prévoyance doit correspondre aux objectifs afin de maintenir un niveau de retraite élevé. «Je crains que la moitié des retraités soient des cas sociaux dans vingt ans si on laisse une partie du rendement inutilisée dans le marché», indique le représentant du leader mondial des consultants en investissements et du courtage. En effet, à son avis, beaucoup de consultants affirment que l’espérance de rendement des marchés est très modeste en dehors des classes d’actifs réputées opaques et coûteuses (comme l’alternatif).