Les besoins fondamentaux des entreprises reposent sur leur capacité à attirer les talents, à retenir les collaborateurs, à innover sur leurs marchés, à se remettre en cause et de tirer profit des opportunités qui se présentent. L'enjeu n'est plus seulement de gérer des projets mais également de développer la capacité de l'entreprise à changer. Alors que jusqu'à présent le projet précédait le changement, aujourd'hui le changement précède, voire génère, les projets. Pour cela, il faut développer le climat et les conditions dans lesquelles les ressources humaines de l'entreprise ont le plus de chances et de capacités à créer.

Thierry Littner a réalisé une étude permettant de comprendre la réflexion des entreprises françaises en matière de performance créative. Il n'existe pas de recette toute faite pour y parvenir mais plutôt des ingrédients à partir desquels chaque entreprise devra produire sa propre recette. Il s'agit avant tout de faire évoluer les compétences relationnelles, soit de renforcer la connaissance des managers sur les aspirations et le fonctionnement des êtres humains. Cela passe notamment par une meilleure maîtrise de la communication interpersonnelle et de la gestion des conflits. Ensuite, il faut multiplier les possibilités d'ouverture et de partage des équipes tant en interne (réunions, Intranet…) qu'en externe (clients, fournisseurs, concurrents).

La créativité n'est plus l'apanage de divisions spécifiques comme la recherche et le développement ou le marketing: chaque collaborateur doit pouvoir repérer, puis exploiter une idée, un fait, une ressource, un processus, une mise en relation jusque-là négligés, et les faire fructifier au profit de l'entreprise. Ce processus créatif s'inscrira dans une logique collective: c'est la responsabilité de chacun pour le bien de tous.

Les entreprises françaises interrogées soulignent que le développement de leur potentiel créatif passe par de nouveaux modes d'animation d'équipes tels que l'instauration d'une transversalité et de groupes de projets, ainsi que des relations plus fluides avec la hiérarchie. Il est nécessaire aussi de procéder à une veille assidue du marché, de stimuler une sorte d'incubateur interne des idées et de favoriser le knowledge management. Mais, avant tout, le développement des compétences relationnelles des individus reste une priorité absolue.

Plus qu'un mode d'emploi, l'ouvrage de Thierry Littner fait prendre conscience que la créativité des équipes et des individus, a besoin, pour s'exprimer, de plusieurs conditions structurelles et surtout culturelles préalables: on ne peut pas, notamment, être créatif en état de stress permanent, ou si on n'est pas écouté…

La créativité dans tous ses états, Thierry Littner, Editions. d'Organisation, Paris, 2002, 132 pages.