Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Pictet a publié un bénéfice en hausse de 30% au premier semestre.
© Keystone / GAETAN BALLY

Résultats

Pictet continue de voir son bénéfice progresser

Les fonds sous gestion de la banque privée genevoise ont augmenté de 0,6% au premier semestre, à 512 milliards de francs. Elle est également toujours en attente du règlement du différend avec les autorités américaines

Pictet continue de voir ses résultats progresser. La banque privée genevoise a publié mercredi un bénéfice net en hausse de 30% à 321,3 millions de francs au premier semestre de cette année. 2017 avait déjà été une année de croissance. Ses actifs sous gestion ont atteint 512 milliards à fin juin, soit une augmentation de 0,6% par rapport à fin 2017. Le communiqué souligne que «les apports nets compensent largement les effets légèrement négatifs combinés de marché et de change».

Lire aussi: Les marges bénéficiaires se maintiennent dans la gestion de fortune genevoise

De quoi se féliciter pour Nicolas Pictet, associé senior de l’établissement: «Ces résultats sont dus à l’acquisition de nouveaux clients, à un intérêt marqué de la clientèle pour certaines stratégies actions et de rendement absolu ainsi qu’à une demande croissante pour notre offre Advisory.» Le responsable ajoute que toutes les divisions ont contribué à la hausse des résultats. La banque dit avoir continué d’investir dans le renforcement de son expertise dans les classes d’actifs comme l’immobilier, dans son infrastructure numérique et dans les collaborateurs. Ils sont 4300 au total, 70 de plus qu'à fin décembre. En outre, ajoute la banque, 160 postes sont ouverts dans l’ensemble du groupe, majoritairement en Suisse.

Dossier américain en attente

Sa concurrente genevoise Lombard Odier a réalisé un bénéfice de 205 millions sur six mois, gonflé par une vente d’immeuble à 300 millions. Sans cette vente et la cession des activités de gestion de fortune à Amsterdam, il aurait progressé de 16% sur un an, à 80 millions. Sa masse sous gestion est restée stable, à 274 milliards de francs. La banque privée a conclu un nouvel accord avec les autorités américaines, après avoir identifié 88 comptes américains supplémentaires dans sa clientèle, représentant 268 millions de dollars. Elle s’est donc acquittée d’un paiement de 5,3 millions, qui s’est ajouté au premier, de 99 millions, déboursé en 2015.

Lire aussi: La vente d’immeubles fait bondir les chiffres de Lombard Odier

Pictet, elle, est toujours en attente. Elle fait partie des dernières banques dites de catégorie une (faisant l’objet de poursuites aux Etats-Unis) à devoir recevoir leur facture. D’autres, comme Julius Baer ou Credit Suisse, ont réglé cette ardoise il y a déjà plusieurs mois ou années. En août dernier, la Banque cantonale bâloise et celle de Zurich ont annoncé des amendes respectives de 98,5 et 59 millions. Sur ce dossier, Pictet dit être «en contact avec les autorités américaines depuis octobre 2012», sans être «en mesure de déterminer à quel moment un dénouement interviendra dans cette affaire». Le groupe ajoute avoir également «fourni des informations et documents qui démontrent selon lui son respect des exigences légales et réglementaires applicables en la matière».

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)