Finances publiques

Le piège de la dette se referme sur les pays pauvres

L’endettement des pays en développement a crû de 5,3%, à 7810 milliards de dollars en 2018. La Banque mondiale comme la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement, basée à Genève, tirent la sonnette d’alarme

C’est un cri d’alarme. Le surendettement menace les pays pauvres, observe la Banque mondiale (BM). Dans son édition 2020 des statistiques sur la dette internationale, publiée mercredi 2 octobre, l’institution s’inquiète des «risques élevés de crise de la dette extérieure» et de son «poids insoutenable» dans de nombreux pays à revenus faibles et intermédiaires.

En 2018, la dette des pays en développement a crû de 5,3%, à 7810 milliards de dollars (environ 7774 milliards de francs). La situation est particulièrement préoccupante dans les 76 pays les plus pauvres de la planète. Leur niveau d’endettement extérieur a doublé depuis 2009, pour atteindre 288 milliards de dollars l’an dernier, et a même bondi, au cours de cette période, de 885% en Ethiopie, de 395% au Ghana et de 521% en Zambie. Dans certains de ces Etats, la BM observe que «les risques élevés de surendettement n’ont pas empêché de nouveaux emprunts en 2018».