Genève

Pierre Condamin-Gerbier reprend du service

L’ancien employé de Reyl, qui promettait de dénoncer les comptes suisses de politiciens français avant d’être condamné en Suisse, a ouvert en décembre sa propre société à Genève

Surprise à l’énoncé du programme de Shorex à Londres le 17 mars prochain. L’un des orateurs invités est un certain Pierre Gerbier, de Mandarin Pivate Office à Genève. Le spécialiste de la gestion des affaires privées de clients fortunés de banques suisses doit s’exprimer sur le sort des résidents non domiciliés au Royaume-Uni (les «residents non-dom»).

L’orateur n’est pas un inconnu, aussi bien en Suisse qu’en France. Au printemps 2013, alors qu’il déclinait son nom Pierre Condamin-Gerbier, il annonçait à qui voulait l’entendre qu’il détenait des informations explosives sur les comptes suisses de plusieurs politiciens français. Le moment est particulièrement sensible, car le ministre du budget Jérôme Cahuzac vient d’avouer avoir détenu un compte bancaire non déclaré au fisc auprès de la banque genevoise Reyl.

Entendu par l’Assemblée nationale française

Ancien trésorier de la section suisse de l’UMP, ancien employé de cette petite banque de gestion de fortune, Pierre Gerbier avait su trouver l’oreille de plusieurs médias en Suisse et en France avant d’être invité à témoigner, début juillet 2013, devant une commission de l’Assemblée nationale française. Avant de se faire arrêter par la police fédérale dès son retour de Paris. En décembre suivant, après 76 jours de détention préventive à Berne, il est condamné à deux ans de prison avec sursis pour service de renseignement économique et de violation du secret commercial au détriment de son ancien employeur.

Lire aussi: Pierre Condamin-Gerbier passe à confesse

Un homme d’affaires désormais discret

Au terme de plus de deux ans de silence, Pierre Gerbier reprend la parole en tant que spécialiste de family office. En décembre, il ouvrait à la route de Florissant, à Genève, une société à responsabilité limitée du nom de Mandarin Private Office, au capital de 20 000 francs, selon les informations du Registre du commerce confirmées au «Temps» par l’intéressé. Le principal actionnaire de la société est une entité maltaise, Omada International Investment Ltd, qui détient 90% des parts.

Pierre Gerbier, qui tient à rester désormais discret, ne livre aucune autre donnée relative à sa nouvelle activité. Il ne donne ainsi pas le nombre d’employés ni les objectifs stratégiques de Mandarin Private Office.

Publicité