Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Michael Egli, 24 ans, participe aux championnats d’Europe des métiers EuroSkills. Le Bernois est tailleur de pierre de métier. Il effectue en ce moment une formation continue dans la restauration de monuments. Il a un objectif ambitieux: aux…

Succession

Pierre par pierre

Le championnat international des métiers EuroSkills est une tribune pour tous ceux qui poussent leur métier jusqu’à la perfection. En 2018, Michael Egli y participe

En matière de championnat des métiers, Michael Egli est une valeur sûre. Il a remporté les SwissSkills 2014 et, un an plus tard, il s’est classé cinquième aux WorldSkills. Aujourd’hui, il a autre chose en tête: les EuroSkills. Avec sept autres jeunes Suisses, le tailleur de pierre se rendra fin septembre à Budapest. Avec pour objectif de figurer sur le podium dans sa catégorie professionnelle. Ambitions élevées mais excellentes perspectives.

Chaque millimètre compte 

Le jeune homme de 24 ans sait ce qui l’attend: veiller aux détails, entraîner les gestes, se familiariser avec le matériau, ne rien laisser au hasard. C’est pourquoi il a fait venir de Hongrie six échantillons de pierre. «Les pierres, c’est comme les gens: chacune est différente», explique-t-il. «Tu dois les appréhender avec tous les sens: les sentir, les regarder et les laisser agir sur toi.» Chaque type de pierre nécessite un traitement particulier. Une pierre est poreuse, l’autre est dure, une autre encore se casse à l’improviste.

Le tailleur de pierre connaît la valeur d’un millimètre: «Aux EuroSkills, une divergence minuscule par rapport à l’objectif suffit pour perdre des points.» C’est pourquoi il est essentiel de connaître à fond les propriétés de la pierre. Et ce n’est possible qu’en s’entraînant quotidiennement.

Michael Egli travaille pour l’entreprise Carlo Bernasconi, une société plus que centenaire où il avait déjà fait son apprentissage de tailleur de pierre pour obtenir son CFC. Un métier qui est désormais devenu pour lui une véritable vocation. «J’ai toujours voulu travailler de mes mains et je voulais faire quelque chose qui me permette de voir jour après jour un résultat concret», dit-il pour expliquer son choix professionnel. «Initialement, j’avais entamé une formation de jardinier mais j’ai vite vu que ce n’était pas pour moi.» Ensuite, il a tâté d’autres métiers artisanaux avant de devenir finalement tailleur de pierre. Ça lui plaît : «Je travaille dans des lieux chargés d’histoire, je façonne des pièces qui appartiennent à notre passé et qui ont marqué la société.»

Pour se préparer au mieux aux EuroSkills, Michael Egli se rendra à Budapest quelques jours avant le début du concours et, aujourd’hui déjà, il discute régulièrement avec son référent. «Pour chaque branche professionnelle, SwissSkills nous attribue un expert qui s’y connaît. Il nous aide à nous entraîner et vérifie les outils.» Le jeune homme a fabriqué lui-même la plupart de ses instruments de travail, comme c’était la tradition jadis.

La formation de tailleur de pierre dure quatre ans. On y met surtout l’accent sur l’expérience pratique. Un jour par semaine seulement, il y a des cours à l’école professionnelle. Le championnat professionnel de SwissSkills est pour ainsi dire le ticket d’entrée à la compétition européenne, car seuls ceux qui s’y sont classés premier ou deuxième dans leur métier peuvent accéder aux EuroSkills.

Pour les deux compétitions, l’idée de base est la même: au sortir de l’école, les ados ne savent souvent pas où les mènera leur parcours professionnel. Dans de telles manifestations, les visiteurs, en général jeunes, ont ainsi un magnifique aperçu des divers métiers et se font une idée de ce qu’ils représentent au quotidien. Et pour les participants, c’est une confirmation et une reconnaissance de leur savoir-faire.

Les prochains SwissSkills auront lieu du 12 au 16 septembre, à la veille des EuroSkills : cette année, 135 métiers seront présentés et 1100 jeunes se battront pour la victoire dans leur catégorie. Pour la première fois cette année, Michael Egli surveillera et notera les championnats suisses des tailleurs de pierres en tant que co-expert.

Il se réjouit d’aller aux prochains championnats afin de se mesurer aux meilleurs de sa branche, et les EuroSkills à Budapest représenteront un moment fort. Après la Hongrie, et l’espoir d’une victoire, il va à nouveau donner le meilleur de lui à Berne. Et c’est au moins aussi exigeant que la dextérité nécessaire sous la lumière des projecteurs lors des championnats. Car une partie importante de ses mandats chez Carlo Bernasconi concerne la restauration d’objets anciens. Il va de soi qu’il travaille en général avec de la molasse bernoise. «Le type de minéral que tu façonnes en tant que tailleur de pierre dépend évidemment du lieu où tu te trouves. à Berne, c’est de la molasse, à Bienne et à Soleure du calcaire.»

Un métier plein de sensibilité

Lorsqu’on demande à Michael Egli pourquoi un jeune homme devrait choisir le métier de tailleur de pierre, c’est la passion qui s’exprime: «Pour connaître l’artisanat, la sensibilité, la durabilité, il faut devenir tailleur de pierre. Ce que nous faisons, est d’une qualité qui survit aux siècles.» Et d’ajouter: «Dans chaque objet se niche le travail de mes prédécesseurs. Et chaque tailleur de pierre y a laissé sa signature car, en la façonnant, une partie de notre personnalité passe dans la pierre.» Ce sera également le cas aux EuroSkills, en dépit de règlements détaillés qui limitent la créativité. Au bout du compte, c’est celui qui concrétise le mieux les prescriptions qui l’emporte.

Il est bien possible que ce soit à Michael Egli que cela réussisse le mieux.


SwissSkills 

UBS s’engage pour l’apprentissage

Le système de formation professionnelle duale est un pilier de la réussite suisse dans la compétition globale. C’est pourquoi UBS s’engage en faveur de l’apprentissage en tant que membre fondateur et partenaire principal de l’initiative SwissSkills. Avec un réseau de solides partenaires, UBS entend conduire avec les collectivités publiques un dialogue large, fort et positif. UBS s’engage aux trois niveaux de l’initiative: avec SwissSkills Career, UBS défend l’apprentissage comme début de carrière de premier ordre. Avec les SwissSkills Championships, la banque contribue à renforcer les championnats nationaux des métiers. Et avec le team SwissSkills, elle soutient les membres de l’équipe nationale des métiers.

ubs.com/swiss-skills


Découvrez d’autres articles sur la succession d’entreprise:

Docteur Gab's, l'âge de la raison

Chez On, la polyvalence est précepte

Soudain, tout seul

Transmettre, c’est avoir confiance

Dix questions sur la planification de succession

"La vente dépend de l'émotionnel"

Forts ensemble

Successions, mode d'emploi

Qui doit reprendre?

FOCUS: succession d’entreprise
 

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)