C’était l’une des promesses de campagne de Joe Biden: relever les impôts sur les entreprises et sur les personnes physiques les plus riches. Lors de la présentation, le 30 mars dernier, de son plan d’infrastructure à 2250 milliards de dollars, qualifié d’historique, le président américain a affirmé qu’il serait (en partie en tout cas) financé par une hausse des taxes.

Lire aussi: Le plan à 2000 milliards de Biden pour reconstruire l'Amérique