En Chine, la planification centralisée a de beaux jours devant elle. «En matière économique, elle prend la forme de plans périodiques qui fixent les priorités, relève Mobeen Tahir, analyste et spécialiste de l’économie chinoise chez WisdomTree, gestionnaire de fonds à Londres. Les Chinois se donnent toujours une perspective à long terme. Les investisseurs étrangers, eux, ont une idée précise de la direction qu’entend prendre l’Empire du Milieu.» Pour sa part, Xiaodong Bao, gérant chez la banque Edmond Rothschild à Genève et investisseur actif sur le marché chinois, fait ressortir qu’à partir de 1949 les plans quinquennaux étaient plutôt des instruments politiques au service du Parti communiste chinois (PCC). «Dès les années 1970-1980, ils sont tournés davantage vers l’économie, dit-il. L’objectif déclaré était de constituer une société de classe moyenne.»

Lire aussi: Le PIB chinois évolue en forme de «V»