Le salaire de Bracken Darrell? 750 000 dollars par an. Une somme qui peut être doublée en cas de bons résultats. Sur quatre ans, le directeur de Logitech peut aussi acquérir 600 000 stock-options. Enfin, Bracken Darrell peut recevoir jusqu’à 1,2 million d’actions, en fonction du cours de bourse.

Le Temps: Une partie de votre salaire est liée à des options sur actions qui dépendent elles-mêmes du cours de l’action. Vu son faible niveau à 6,60 francs, combien toucherez-vous?

Bracken Darrell: Cela dépend de l’action. Elle doit dépasser de 1,75 fois, 2 fois ou 2,5 fois une certaine valeur pour que je touche tout ou partie de ces options. En l’occurrence, l’action devrait dépasser les 11 dollars pour que je touche une première partie de ces options. Donc je n’aurai rien. Et c’est juste ainsi. Parmi tous les dirigeants d’entreprise au niveau mondial, ma rémunération est, à ce que je sache, la plus liée à la performance de l’action. Si j’étais actionnaire, j’adorerais ce plan. Mon plan de rémunération est très juste. Je ne veux être récompensé que si les résultats sont bons.

– Quel message pouvez-vous communiquer à vos actionnaires? Ceux rencontrés lors de votre assemblée générale en 2012 étaient dépités.

– Ils ont adoré Logitech car c’était au début un excellent investissement, une société avec de très bons produits. Nous pouvons ramener Logitech à ce niveau, mais cela prendra du temps. Notre industrie a totalement changé. Le marché du PC est très différent d’il y a 24 ou 36 mois. Si nous arrivons à nous adapter, les actionnaires seront récompensés. Sinon, honte à nous. Mais je suis très optimiste.

– Pensez-vous que les actionnaires devraient avoir davantage de contrôle sur les salaires des directeurs?

– En général, les conseils d’administration décident du salaire et de la rémunération globale des dirigeants. Et les actionnaires élisent les administrateurs. Les actionnaires devraient-ils décider directement des rémunérations? Je ne sais pas. Il faut que les actionnaires aient les meilleurs dirigeants. Mais un dirigeant ne doit pas s’enrichir si sa société ne va pas.