Prévoyance

Planifier sa retraite? Obligatoire!

Proposé par UBS En matière de prévoyance, mieux vaut se préparer à l’avance. Rente? Capital? Solution mixte ? La clé d’une retraite réussie tient à une planification anticipée ainsi qu'à une analyse globale des besoins et de la capacité financière des conjoints.

Alain Jaquier, cadre dans l’informatique, a 60 ans. Il gagne 150 000 francs et est passionné par les chiffres. Son dernier entretien-conseil auprès de sa banque l'a fait réfléchir. L’hypothèque du logement en PPE qu’il partage avec sa compagne Lydie Felder arrivait bientôt à échéance. Ils avaient acquis à parts égales cet appartement d'une valeur d'un million de francs et en avaient financé un quart avec leurs fonds propres. Depuis deux ou trois ans, de nombreuses questions se bousculaient déjà dans la tête d’Alain Jaquier.

Pourtant, le couple avait déjà réglé un certain nombre de choses. En particulier, ils avaient conclu un contrat de succession pour la part librement disponible de leur fortune et prévu un droit d'habitation viager dans le domicile commun au profit du concubin survivant. Lydie,59 ans, travaille à temps partiel en tant qu'institutrice et gagne 40 000 francs bruts par an.

Une nouvelle phase de vie

Alain réalise que non seulement ils vieillissent, mais qu'en plus ils vont aborder une nouvelle étape de leur vie où ils ne recevront plus un salaire fixe à la fin de chaque mois: l'argent qu’ils toucheront viendra d’autres sources. Tous deux se réjouissent de partir à la retraite. Mais, en même temps, Alain s'inquiète pour la sécurité financière de Lydie.

En effet, les rentes de retraite de sa compagne, AVS et caisse de pension, s'élèveront à 33 000 francs par an, tandis que lui touchera le triple.. Alain n’ignorait que leurs retraites seraient très inégales. Sa caisse de pension ne reconnaissant pas le concubinage, il savait aussi que sa compagne pourrait subir une perte massive de revenus s’il devait décéder avant elle.

Sans compter que leur capacité à tenir les charges de l’hypothèque commune est calculée au plus juste. Alain est aussi conscient qu'il faudrait l'amortir en cas de décès prématuré de l'un des deux. Devraient-ils dès lors se marier pour assurer l’avenir de Lydie?

Combler les lacunes de manière ciblée

«Des mesures isolées peuvent, suivant les circonstances, entraîner de gros trous dans le niveau

«Planifier sa situation le plus tôt possible est la clé d'une retraite réussie. Cela nécessite de coordonner les stratégies au sein du couple, d'avoir une approche globale et de tenir compte du plus grand nombre d'imprévus possible», conseille David Botta, expert en prévoyance au Global Wealth Management d'UBS. Les personnes avec un revenu annuel dépassant 100 000 francs doivent particulièrement bien se préparer. En effet, pour les retraités de ce segment, les rentes représenteront au mieux les deux tiers de leur revenu antérieur, voire beaucoup moins pour les salaires plus élevés.

«Les bonnes questions sont souvent soulevées pour la première fois lors de notre entretien», constate David Botta. Un départ à la retraite implique des choix irrévocables, engendrant parfois des lourdes conséquences sur la situation financière.  Solliciter un expert revêt alors une importance capitale.

Pour le conseiller en prévoyance, la première question est aussi simple que primordiale: quels seront les besoins tout au long de la retraite et surtout comment les couvrir ? «Les éléments clés d'un plan de prévoyance sont les sources de revenus actuels et futurs, les prestations de retraite professionnelles et privées, le train de vie souhaité et la capital que les clients souhaitent transmettre à leurs enfants. Il est essentiel de déterminer le "risque de longévité" en utilisant au minimum une espérance de vie de 85 ans, correspondant à la moyenne actuelle», explique David Botta. «La réussite ou l'échec de toute planification se joue sur le volet des dépenses.»

Equilibrer le niveau des rentes

Quelle a été la solution globale pour Alain et Lydie? Grâce aux conseils de leur expert, ils ont trouvé une réponse adéquate sans passer par la case mariage. Pour équilibrer leurs retraites, Alain a effectué un retrait en capital de 650 000 francs de sa caisse de pension. Il peut ainsi léguer cette somme à Lydie par testament. De son côté, pendant qu’elle travaille encore, elle va procéder à des rachats de caisse de pension. C’est fiscalement avantageux et va lui permettre d'augmenter sa rente de vieillesse. De cette manière, près de 80% des dépenses seront couvertes par leurs retraites conjuguées.

«Certains l’oublie parfois, mais les retraités aussi paient des impôts. Il est primordial de mesurer l'impact fiscal de chacun de nos choix pour faciliter les décisions auxquelles chaque retraité devra faire face: Rente ? Capital ? Solution mixte ?», rappelle David Botta. Le taux d’imposition sur les retraits de capital varie d’un canton à l’autre, en général dans une fourchette de 8 à 12%. Le couple a également décidé d'utiliser l’intégralité de leurs 3es piliers A pour amortir leur hypothèque et ainsi diminuer leurs dépenses.

«Structurer de manière personnalisée son patrimoine en fonction de ses dépenses et de ses projets est gage d'une planification de retraite réussie. Mettre en place des stratégies d'investissement différentes pour répondre à des besoins échelonnés dans le temps permet une gestion vraiment efficace.», conseille David Botta.

Alain et Lydie ont ainsi versé 200 000 francs en espèces dans un premier pot pour couvrir leurs dépenses courantes des cinq premières années après la retraite. Ce montant comprend une réserve d’urgence de 25 000 francs et doit permettre l'achat d'une voiture. Dans le deuxième pot, qui sera disponible à partir de 70 ans, ils ont viré 150 000 francs, investis de manière diversifiée avec un niveau de risque moyen-faible. Enfin, la somme de 250 000 francs a été investie dans un troisième pot avec un risque plus élevé, car ils n'auront besoin de ce capital qu'à long terme.

«Le conseil global est indispensable pour une bonne planification. Mais l'on doit aussi se sentir à l'aise avec les solutions proposées et l'aspect psychologique ne doit pas être négligé. La meilleure planification ne sert toutefois à rien si elle n'est pas mise en œuvre.», conclut David Botta. C’est bien l’intention d’Alain et de Lydie qui attendent désormais avec impatience cette nouvelle phase de leur vie.


Partie 1 - Généralités

Planification de la prévoyance

Un prochain départ à la retraite soulève de nombreuses questions financières. Trois éléments sont particulièrement importants lors de la planification:

  1. Clarifier la situation financière liée à la prévoyance et les souhaits personnels pour la retraite.
  2. Elaborer un plan financier pour optimiser le capital de prévoyance, par exemple par le rachat dans la caisse de pension, l'échelonnement et le choix entre une rente ou un capital.
  3. Prévoir une stratégie d'investissement individuelle pour les capitaux de prévoyance qui vont être perçus.

Une mise en œuvre cohérente et un examen régulier de la planification sont également décisifs. De cette manière, il est possible de s'adapter en temps utile à l’évolution de la situation de vie. La planification de la prévoyance d'UBS vous soutient dans ce processus avec une expérience et des compétences avérées.

ubs.com/planification-prevoyance


Partie 2 - Checklist

Le plus tôt est le mieux

Environ dix ans avant la retraite, il est important:

  • d'obtenir une vue d'ensemble et donc la transparence au sujet de ses avoirs tels que les biens immobiliers, les comptes et les titres, les capitaux de prévoyance du 2e pilier et du 3e pilier A, les assurances-vie ainsi que les droits à la pension,
  • d’avoir, d'une part, une vision du budget actuel et du budget après la retraite et, d'autre part, de s'enquérir du niveau prévu des revenus issus du 1er  et du 2e  pilier. Cette analyse met-elle des lacunes en évidence?

Environ cinq ans avant la retraite, il est judicieux:

  • de réfléchir avec son partenaire au moment exact du départ à la retraite,
  • de décider du montant de l'avoir de la caisse de pension que l’on souhaite retirer sous forme de capital (qui doit faire l’objet d’une annonce soumise à un délai allant jusqu'à trois ans à l'avance) et de celui destiné à la rente,
  • de planifier les conséquences fiscales et les échelonnements possibles – et communs pour les couples mariés – des retraits des capitaux de prévoyance,
  • de vérifier la capacité financière à supporter une éventuelle hypothèque après la retraite.

 

 

Explorez le contenu du dossier

Publicité