Le plateau-repas avec quinoa et kamout

Lancée en mai 2013 dans le canton de Vaud, la start-up de restauration Takinoa est le fruit de l’expérience familiale et professionnelle d’Eric Lebel. Formé à l’école hôtelière de Glion, ce Vaudois fut très tôt sensibilisé aux problèmes de diabète et de surpoids dans sa famille.

Avec Takinoa, il développe une alimentation orientée vers la santé. «Dans les années 80, ce qui comptait pour le consommateur, c’était le prix, résume le fondateur. Puis dans les années 1990 et 2000, c’était le goût. Aujourd’hui, le plus important, c’est le contenu de l’assiette et ses effets sur le bien-être et la santé. Nous expliquons les ingrédients de tous nos mets, l’origine de nos produits, comme leur mode de cuisson.»

Basé à Gland, avec déjà une quinzaine de salariés, Takinoa sert en moyenne 500 clients par jour. Elle dessert des entreprises de l’Arc lémanique, par exemple le consortium japonais Sunstar, basé à Aubonne. Le panier-repas va de 10 à 30 francs. La carte, «orientée sur le frais», est aux deux tiers végétarienne, sans gluten et sans lactose, et à un tiers classique avec une attention particulière portée sur les céréales nouvelles comme le kamout, le quinoa, et les fruits et les légumes. Takinoa met en avant la valeur nutritive de sa carte, plutôt que les calories. «Nous suivons les recommandations de la Société suisse de nutrition, dit Eric Lebel. Par ailleurs, nous ne faisons aucune friture et nous veillons à utiliser très peu de sucre.» Takinoa a ouvert un point de vente public à Lausanne. Une seconde adresse est annoncée à Genève en février 2015.